dimanche 30 décembre 2012

Deuxième Noël sur une semaine pour les nantis !


Aujourd'hui, c'est jour de fête partout en France ! Mais uniquement chez les gens dont les revenus d'activité excèdent un million d'euros. Que c'est touchant de voir un tel bonheur ! Et notamment ces sourires radieux sur le visage des représentants du monde du football professionnel ! 
Eh oui, c'est le soulagement chez ces gens, qui redoutaient une cata sans précédent pour le football français si la taxe à 75 % sur les très hauts revenus d'activité était acceptée !
Mais oui, "cela aurait fait partir tous les meilleurs joureurs français ailleurs", clame Frédéric Thiriez, si compatissant et acharné défenseur du football professionnel ! Mais, au fait, ce n'est pas déjà le cas ? "Les meilleurs joureurs étrangers n'auraient plus voulu venir jouer chez nous !" Mais, au fait, cela aurait-il fait une réelle différence avec la situation actuelle ? Le PSG mis à part, quel club français peut faire venir des stars planétaires ? "Le championnat français aurait perdu de sa valeur !" Il n'en avait déjà pas beaucoup avant... Et en plus, pour en voir un match, il faut payer soit la chaîne cryptée, soit la chaîne sportive qatarie. Donc, à part les gens encore assez aisés pour s'abonner à l'une ou l'autre - de moins en moins nombreux -, personne n'aurait vu la différence.
Mais de toute façon, qu'importe ! Ouf ! les 145 joueurs de foot gagnant plus de un million d'euros de revenus "d'activité" (???) sont sauvés, au moins provisoirement, d'un sort dramatique ! Les quelques centaines de chefs d'entreprises ou autres stars du showbiz aux revenus équivalents sont sauvés de même ! La France est sauvée !
Les "sages", dont la clairvoyance est sans limite, l'ont sauvée d'un cataclysme dont elle ne se serait pas relevée : l'exode massif de tous ces pauvres gens, si injustement traités qu'ils en auraient été obligés de partir !
Quelques questions pour terminer. Que peuvent bien en penser les smicards dont les revenus vont augmenter de... 4 euros, ou les centaines de milliers de personnes obligées de recourir aux associations caritatives pour manger, ou encore les millions de personnes vivant sous le seuil de pauvreté ? "Qu'ils soient déjà heureux de ne pas payer d'impôts", répondraient les "sages"... Même pas la TVA ?
Question déjà posée par ailleurs : les lois de la Ve République ne sont-elles constitutionnelles que si elles protègent les revenus de ceux qui n'ont déjà que trop d'argent ? 
Enfin, en 1787 et 1788, Louis XVI s'est fait envoyer balader plusieurs fois de suite par l'assemblées de notables et les parlements aristocrates, qui refusèrent ses réformes fiscales cherchant à introduire un chouilla d'égalité dans tout cela. Trop faible, il accepta le fait, qui fut renvoyé aux calendes grecques. Que s'est-il passé un an plus tard déjà ? 


samedi 29 décembre 2012

Ah ces Russes, quels idéalistes !

Quel optimisme de la part de nos amis russes, que de croire que le petit ange qui préside encore pour l'instant aux destinées de la Syrie, va se mettre à discuter maintenant avec l'opposition rebelle pour arriver à une solution politique du conflit. Un conflit qui a fait déjà 45 000 morts ! Qui en fait tous les jours un peu plus, chaque fois que le petit ange en question fait joujou avec ses petits avions et les pétards qu'ils transportent ! 
Quel optimisme que de croire que, face aux déchaînements quotidiens de violence commandés par le petit ange en question, l'opposition acceptera de discuter avec ce dernier ! Alors que la seule volonté de l'opposition est de virer le petit ange qui, lui, a réitéré sa volonté de "rester à son poste"' !
C'est-y pas mignon tout de même, de croire que tout ce petit monde va se mettre autour d'une table et discuter calmement ! Alors que l'un massacre allègrement des dizaines de civils chaque jour que Mère Nature fait, et que les autres tentent pied à pied de conquérir le pays ! 
Quelle mignonne naïveté que de croire que, si le petit ange ne veut pas partir de lui-même, on ne peut l'y obliger ! On a l'impression d'entendre des jeunes tout mignons qui débarquent en politique internationale sans rien y connaître. Ce serait presque émouvant, si l'on ne connaissait pas leur habileté dans le domaine justement, si l'on ne se doutait pas qu'il y a une arrière-pensée...
Leur attitude donne effectivement à croire que, malgré des "appels pressants" au dialogue pour donner le change à la Communauté Internationale, les dirigeants russes, restés seuls - ou quasiment seuls - amis du petit ange, n'ont pas vraiment intérêt à voir cette tragédie quotidienne se résoudre... Peut-être pour pouvoir continuer à lui vendre des armes, non ? 
Non, mais non voyons ! Pas le genre de la maison ! 

Riches, rassurez vous ! Les sages veillent !


Pauvre François Hollande qui, pour une fois qu'il voulait tenir une promesse, en est empêché par les "sages du Conseil Constitutionnel !
Eh oui, la vénérable institution a retoqué le projet de loi sur la "contribution exceptionnelle de solidarité, si poétique nom du projet honni entre tous de taxer à 75 % les revenus supérieurs à un million d'euros. Tout ça parce qu'un couple dont les deux partenaires touchent 900 000 euros chacun ne sera pas concerné, alors qu'un couple dont l'un des partenaires touche 1,2 million et l'autre rien, lui, le sera ! Il est vrai qu'il n'y a pas là d'égalité entre ces deux types de couple.
C'est certain, cette horrifiante taxe à 75 % des revenus d'activité excédant 1 million d'euros aurait mis le deuxième type de couple sur la paille ! C'est vrai ça, il est si difficile de nos jours de vivre avec 1,2 million d'euros de revenus ! Avec un salaire pour deux qui plus est ! Comment peut-on être impitoyable  au point d'imposer une taxe aussi inhumaine à de pauvres gens pouvant déjà à peine joindre les deux bouts tous les mois ? 
Peut-être le Conseil Constitutionnel cherche-t-il à gagner du temps face aux menaces, de plus en plus pressantes, d'exode massif de riches vers l'étranger ? C'est vrai, comment ne pas avoir une pensée pour ceux qui n'ont pas le même "courage" et la même volonté qu'un Arnault, un Depardieu ou un Afflelou de se transformer en exilés fiscaux ? Ce doit être cela finalement, les "sages" ont eu un élan de magnanimité pour tous ces pauvres riches, si injustement traités, qui ne peuvent ou ne veulent pas partir, et ont voulu les aider. Peut-être les "sages" ont-ils aussi sagement pensé à leurs propres revenus ? 
Mais ce n'est qu'un gain de temps car le méchant Jean-Marc Ayrault a dit qu'ils ne perdaient rien pour attendre, que le gouvernement allait trouver un autre moyen d'arriver à ses criminelles fins.
Et au fait qu'en pensent les presque 10 millions de gens vivant sous le seuil de pauvreté et qui ne seraient pas contre une meilleure redistribution des richesses ? Peut importe, doivent se dire les "sages", puisqu'ils ne paient pas d'impôts. Dans la Ve République, les lois ne sont constitutionnelles que si elles protègent les revenus de ceux qui n'ont déjà que trop d'argent ? 

vendredi 28 décembre 2012

Ultime bonne nouvelle !

Que ne ne ferait pas notre François national pour montrer qu'il est "sur le pont" tout de même ! 

C'est l'une des toutes dernières bonnes nouvelles de cette année 2012, qui n'en fut pas avare. Pôle-Emploi compte 29 300 inscrits de plus en novembre, ce qui fait une hausse de 10,8 % en un an. Au gouvernement, on se console en parlant d'un chiffre "moins important en novembre que lors des mois précédents". La hausse du nombre de nouveaux demandeurs d'emplois est en baisse, aurait dit Sarkozy... Et comme on anticipe déjà sur les bonnes nouvelles de l'année prochaine, on annonce 2013 comme un tout aussi bon cru. Champagne ! 
C'est bizarre pourtant, parce que Hollande soutient mordicus qu'il inversera à lui tout seul la courbe du chômage d'ici la fin de l'année 2013, du Sarkozy dans le texte... Et pour montrer qu'il est "sur le pont", il s'est levé tôt hier pour aller voir "la France qui veut travailler" au marché international de Rungis. Parce qu'il y a une France qui ne veut pas travailler ? Voilà une expression presque aussi adroite que "la France qui se lève tôt" de Sarkozy ! 
Super Hollande y a proclamé 2013 comme l'année de "la grande bataille pour l'emploi". Tout comme 2009, 2010, 2011 et 2012 le furent pour Sarkozy, avec la grande efficacité que l'on sait...
Et M. Hollande de rappeler les "grandes mesurettes" déjà en cours ou en préparation pour engager la lutte : crédit impôt compétitivité, emplois d'avenir, contrats de génération... Toutes démontées par nombre d'économistes comme inefficaces, néo-libérales et, partant, favorisant trop les entreprises, sans pour autant de garanties de créations d'emplois de leur part (voir cet article de Mediapart http://www.mediapart.fr/journal/economie/271212/chomage-la-dangereuse-politique-du-laisser-faire). Ces mesurettes sont toutes annoncées comme porteuses de peu de résultats car mises en oeuvre avec trop peu de moyens. Alors M. Hollande menteur ? Mais non voyons, juste un excellent politicien : la politique ou l'art d'enfumer !
En fin politicien qu'il est lui aussi, M. Copé la joue plutôt mémoire courte. D'une part, il juge les mesurettes de Hollande inefficaces, alors que certaines auraient tout aussi bien pu être mises en place par Sarkozy - d'autres versions du crédit impôt compétitivité ont été mises en place par le passé autant par la droite que par la gauche (avec bien sûr une efficacité redoutable...)  -, ce que le gentil Jean-François aurait alors applaudi des deux mains, les yeux béats d'admiration. D'autre part, le même Copé juge ces mesurettes comme étant "d'un autre âge". Il est vrai que le psychodrame de l'élection du roitelet de l'UMP en novembre, où l'on se serait cru revenu au temps des querelles de succession des rois du temps jadis, le rend tout à fait légitime pour affirmer cela...
La politique ou l'art d'enfumer tout en raccourcissant au minimum les capacités de la mémoire. C'est beau l'art de la politique ! 
Et pendant ce temps là au fait, que pensent les travailleurs tous les jours menacés de licenciement, les  licenciés chaque jours plus nombreux, les chômeurs inscrits à Pôle Emploi depuis des mois, voire des années, de ces grands messieurs dont les uns annoncent en grandes pompes des mesurettes jugées d'avance inefficaces, et dont les autres n'ont à y opposer que des remarques peu constructives ? Ces grands messieurs se posent-ils cette question ? 
Bof ! Non, ces grands messieurs ne pensent pas aux travailleurs, ils font de la politique, c'est différent... On ne peut pas tout faire ! 

jeudi 27 décembre 2012

La Révolution française, épisode 7


L’abolition des privilèges ?

Les députés de la noblesse à l’Assemblée constituante ont été mus par un grand élan, quasi-universel, vers le changement lors de la séance du 4 août, appelée semble-t-il à une grande postérité. Nombreux ont été les députés de la noblesse à se succéder à la tribune de l’Assemblée pour surenchérir dans l’auto-dépouillement des privilèges de leur condition. Sous l’impulsion de Messieurs de Noailles d’Aiguillon, nobles libéraux, les appels à l’abolition du servage, des corvées de toutes sortes, des droits féodaux, des justices seigneuriales, à l’égalité devant l’impôt, se sont multipliés sous les applaudissements enthousiastes du public. La séance se terminant par des larmes de joie et des embrassades. Présenté ainsi, tout cela est bien joli. Mais que se cache-t-il derrière ce formidable élan de spontanéité et d’unité ? Est-ce pure magnanimité et adhésion aux idéaux des Lumières de la part des députés de la noblesse, qui ont entraîné dans ceux du clergé ? Ce serait trop beau !
Premièrement, comme nous le dit M. Marat, il aura tout de même fallu attendre que ces messieurs vissent leurs possessions menacées par la jacquerie qui sévit de toute part depuis fin-juillet, les appels au calme de Sa Majesté n’y changeant rien, pour se sentir obligés de renoncer à leurs attributs féodaux. Ont-ils effectivement attendu de n’avoir plus du tout le choix pour se résoudre au sacrifice ?
Deuxièmement, il pourrait y avoir des motivations toutes politiques derrière tous ces beaux sentiments. Encore une fois, l’affolement des ordres dominants du royaume – Tiers Etat bourgeois compris – face au déchaînement paysan, la peur de voir la monarchie emportée et la démocratie selon Montesquieu s’installer ne sont-ils pas pour beaucoup dans cet élan de générosité ? Conserver la Monarchie, et la place de commandement dans la société qui en découle pour les privilégiés, valait sans doute bien la peine de faire quelques sacrifices et de laisser une part du gâteau aux représentants les plus puissants de la bourgeoisie par la suppression de la vénalité des charges…
Troisièmement, toute la noblesse ne semble pas en phase avec l’élan de magnanimité de ses députés à la Constituante. C’est le pessimisme qui domine, voire la peur face aux soi-disant hordes de brigands et aux débordements qu’a connu Paris fin-juillet. C’est aussi l’incompréhension suite aux nouvelles de la séance du 4 août. Une partie de l’aristocratie y est même carrément opposée. Une manifestation flagrante en est l’émigration d’un certain nombre de ses représentants, jusque dans la famille royale. Et il y a fort à craindre qu’ils ne restent pas inactifs de l’étranger devant tous ces intolérables progrès…
Et c’est ce qui amène à la quatrième raison. Suite à toutes ces décisions irrévocables, le législateur a dû faire en sorte que la pilule ne soit pas trop dure à avaler. C’est là, une autre cause de méfiance pour M. Marat. Les décrets adoptés les jours suivants ont fortement atténué les grandes décisions actées dans l’ivresse de la séance du 4 août. Le processus a abouti, le 11 août, à un décret très général abolissant la féodalité, c’est-à-dire proclamant l’égalité civile et fiscale et supprimant la vénalité des charges et les privilèges. Un décret en contradiction, sur ce dernier point, avec ceux des jours précédents, puisque ces derniers ne supprimaient sans indemnité que le servage, le droit de chasse et la justice seigneuriale. Tous les autres droits seigneuriaux ont effectivement été déclarés rachetables. A défaut, il faudra continuer à les payer. En quelle proportion le monde paysan a-t-il les moyens de racheter ces droits ?
Alors ce monde politique en formation a-t-il, comme le pense M. Marat, passé un marché de dupe au dépend du peuple. Une partie pour garder le pouvoir quelle détient ? Une autre partie pour acquérir le pouvoir qu’elle pense mériter ? Tout en présentant les choses de façon à calmer la fureur populaire et à la détourner de ce qui se passe vraiment ?
Toujours est-il que, malgré le formidable élan initié la nuit du 4 août, les résultats ne sont certainement pas à la hauteur des attentes populaires – paysannes notamment – et que les droits seigneuriaux ont encore de beaux jours devant eux…






mercredi 26 décembre 2012

LETTRE OUVERTE A CEUX QUI NOUS GOUVERNENT....

François, Jean-Marc et les autres,
Cela ne sert à rien de menacer de nationaliser comme ce fut le cas pour Florange, il faut le faire ici comme ailleurs...
Cela ne sert à rien de menacer de réquisitionner les logements vides...Il faut le faire, les pas logés ou très mal logés n'ont pas le temps d'attendre....
Daniel Codazzi, Dijon, 26/12/2012

lundi 17 décembre 2012

La retraite, un jour... ou pas !


La réforme des retraites passée en force il y a deux ans par le gouvernement Fillon, qui a tant fait couler d'encre, usé tant de voix, fait faire tant de kilomètres à des millions de manifestants, ne sera pas suffisante selon le Conseil d'orientation des retraites. Le déficit va continuer à s'aggraver, atteindra 18,8 milliards d'euros en 2017, se creusera encore... Une nouvelle réforme sera inévitable. Et qui va en pâtir encore une fois ? Ben ceux qui devront travailler jusqu'à 65 ans par exemple...

Et dire que Mr Woerth, ministre du budget et porteur de la réforme à l'époque, a foutu sa carrière ministérielle en l'air en la défendant ! Et dire que le p'tit Sarko a sacrifié une popularité de toute façon déclinante en la défendant !  Ah quel dur métier que d'obéir aux injonctions de la finance toute puissante, tout en faisant culpabiliser la population d'être vieillissante et et vivre de plus en plus tard, tout en lui faisant comprendre par conséquent que c'est elle qui doit faire un effort ! Et de s'entendre dire que toute cette débauche d'énergie, ces sacrifices n'ont pas suffi...
Enfin, pour ce qui est d'obéir à la finance toute puissante tout en faisant culpabiliser la population et en lui faisant comprendre qu'elle doit faire l'effort, faisons confiance à Hollande. Ses premiers mois de présidence ont montré à quel point il était doué dans ce domaine... Obéir au doigt et à l'oeil aux exigences du monde de la finance le plus rapace, c'était d'ailleurs sa promesse au meeting de lancement de sa campagne le 22 janvier au Bourget... non ?
Le mouvement contre la réforme des retraites de l'automne 2010 vous a plus ? Rendez-vous en 2017-2018 pour une nouveau round !


Révolutionnaire !

Grande nouvelle ! Le smic augmente de 0,3 % en janvier ! Les smicards vont pouvoir continuer à mettre du beurre dans les épinards, après l'augmentation "record" de 2 % de cet été. Notre gouvernement continue dans la voie audacieuse et révolutionnaire qu'il s'est tracée dès ses débuts. Et l'avenir annoncé est si radieux ! 

Complot de Hollande contre le non-cumul ?

A la vue des résultats des législatives partielles de la semaine dernière - par ailleurs confirmés hier -, un nouvel argument a été avancé par les ténors du PS contre le non-cumul des mandats : cela multiplierait les législatives partielles, et autant de potentielles défaites pour les candidats du PS, étant donné le mécontentement actuel contre le gouvernement, et la faible cote de popularité de Hollande et Ayrault.
Est-ce à dire que, pour ne pas se mettre les grands pontes du PS à dos - il aime que tout le monde soit content -, Hollande leur donnerait de nouveaux arguments en multipliant expressément les bourdes, maladresses, renoncements et autres mesures impopulaires ? Qu'il pousserait son gouvernement à se pourrir de l'intérieur ? Pour faire plaisir à ces gens, tel François Rebsamen (sénateur-maire de Dijon, président du Grand Dijon, conseiller général de la Côte-d'Or, etc... ouf !), qui refusent le non-cumul des mandats - pour ne pas perdre l'un de ces mandats et les émoluments qui vont avec ?*
Jeu dangereux ! Et, au fait, n'est-ce pas celui auquel jouait aussi Sarko ? 

Rassurons-nous, Hollande, comme son prédécesseur d'ailleurs, ne le fait pas exprès, ce qui est peut-être le pire...

* Affabulations que tout cela bien évidemment ! Ces messieurs ne pensent évidemment qu'au bonheur de leurs concitoyens et à la meilleurs façon de les représenter. L'intérêt général avant tout voyons ! 

Ce n'étaient pas des revolvers...

Une habitante de Newtown (Connecticut), où s'est produite la dernière tragédie en date dans une école américaine, a fièrement maintenu sur BFMTV sa conviction en faveur du libre port d'armes. Et avec des arguments massue !
Première énormité : "ce ne sont pas les armes qui tuent, ce sont les gens qui se tuent entre eux". Comment, si les armes ne tuent pas ?
Deuxième énormité : "L'attentat d'Oklahoma City, ce sont des bombes, pas des revolvers ; le World Trade Center ce sont des avions, pas des revolvers". Donc, la fusillade dans cette école n'est pas un argument valable pour légiférer, même de la plus légère des façons, sur l'amendement n° 2 de la Constitution garantissant le libre port d'arme.
C'est certain, si ce tordu avait visé les enfants et leurs enseignants à bout portant avec de simples revolvers au lieu de fusils d'assaut, le résultat aurait été totalement différent...

Tout caricatural que soit cet exemple (les chaînes info et les JT ont parfois le chic pour les trouver), il montre que des gens réfléchissent vraiment comme cela. Y compris des gens se disant "choqués" ou "bouleversés" par cette tragédie...

dimanche 16 décembre 2012

La Révolution française, épisode 6


Peurs et révoltes

Le séisme de la prise de la forteresse de la Bastille a forcé le Roi et la cour à changer leur fusil d’épaule. Le Roi a fini par reconnaître sa « défaite » en se rendant à l’Hôtel de Ville de Paris et en arborant la cocarde tricolore, le 17 juillet. Les esprits n’ont pas été calmés pour autant, bien loin de là…
Le complot aristocratique est toujours soupçonné. Le Roi n’a-t-il pas rassemblé de nombreuses troupes autour de Paris ? La toute nouvelle Assemblée Nationale n’est-elle pas menacée à Versailles ? L’intendant de Paris, Bertier de Sauvigny, ne s’est-il pas vanté de « faire manger de l’herbe » au peuple, lui qui était soupçonné de spéculation sur le blé en tant que responsable de l’approvisionnement de Paris, en compagnie de son beau-père Foullon ? En cette période, toujours difficile de « soudure » des récoltes, qu’importe que ces paroles aient été prononcées ou inventées ? Qu’importe que ces soupçons soient avérés ou fantaisistes ? En ces temps d’effervescence politique et sociale, de crise économique et frumentaire, il n’en fallait pas plus pour mettre en branle tout le petit peuple parisien et déchaîner sa fureur. Fureur dont Bertier de Sauvigny et Foullon ont fait les frais, victimes de la justice populaire et de la cristallisation des haines sur leurs personnes. Même les officiers publics, même l’indignation du très populaire La Fayette  n’ont pu empêcher cela. Un peuple qui a peur, qui est furieux, est incontrôlable.
Et Paris est loin d’être un cas isolé. Tout le royaume est touché en cette fin de juillet. L’annonce du renvoi de Necker et/ou celle de la prise de la Bastille ont provoqué des réactions dans de nombreuses villes. A cela s’ajoute, comme à Paris, la bonne vieille peur du complot aristocratique visant à affamer le peuple. Ainsi sont nées des peurs mettant en scène des bandes de brigands à la solde des aristocrates, parcourant les campagnes en vue de détruire les récoltes. Enfin, la peur de voir des troupes étrangères envahir le territoire s’est mêlée à cette peur séculaire pour faire un mélange détonant.
Le plus extraordinaire dans ce mouvement est que d’après nos informations, ils n’a pas fait tache d’huile depuis Paris. Des peurs sont nées spontanément dans plusieurs régions sans forcément de liens entre elles. De leur point de départ, elles semblent en revanche se diffuser largement. Partout les causes sont les mêmes, et partout les réactions sont similaires. Dans de nombreuses villes, des gardes bourgeoises se sont créées pour la défense de la cité et de ses citoyens. Dans les campagnes, les paysans se sont armés et se regroupent à la moindre alerte, voire se sont joints aux gardes bourgeoises dans certains cas, à l’exemple de Bourgoin, en Dauphiné. Tout cela avec une particulière rapidité. Cependant, il s’est tout aussi vite avéré que les dangers redoutés étaient imaginaires. Aucune troupe étrangère, peu de brigands ont été vus.
Seulement, l’armement des populations et le constat de l’absence de danger n’ont pas ramené le calme. En maints endroits, les paysans se soulèvent contre leurs seigneurs, exigeant leurs papiers pour les brûler, brûlant les châteaux en cas de résistance. Les bourgeois sont parfois débordés et doivent, à leur corps défendant, se mettre à la tête des armées de paysans, à l’exemple encore une fois de Bourgoin. Des troubles parfois violents ont été rapportés, tels ceux du Mâconnais en Bourgogne, où les bourgeois de Mâcon, se sentant menacés dans leurs biens, se sont organisés en armée pour mettre au pas les émeutiers des campagnes et ramener l’ordre. La peur initiale s’est clairement transformée en une révolte antiseigneuriale. Une révolte qui a mis à profit l’armement des populations, ainsi que le chaos au sommet du pouvoir, et qui semble en passe de mettre à bas ce système féodal que la France connaît depuis des siècles.
Plusieurs questions se posent maintenant à la nouvelle détentrice du pouvoir législatif qu’est l’Assemblée Constituante. Y a-t-il des responsables et faut-il les juger ? Il sera dur d’y répondre étant donné d’une part l’ampleur des mouvements, d’autre part le rejet de la responsabilité par les aristocrates et les révolutionnaires les uns sur les autres. Quelle va surtout être la façon de sortir de cette crise d’angoisse qui s’est transformée en une colère générale ? La Constituante va-t-elle, tels les bourgeois de Mâcon, réprimer les mouvements ? Elle n’en a pas les moyens et ne le veut peut-être pas. Va-t-elle suivre le mouvement de réforme qu’elle a engagé depuis qu’elle a décidé de s’opposer frontalement au pouvoir royal ? Pour calmer durablement la colère populaire, n‘est-il pas temps d’en finir avec la féodalité, qui n’a plus sa place dans la société telle qu’elle se présente en cette année 1789 ?





jeudi 13 décembre 2012

Le progrès selon Mittal






Le si bon et intègre Lakshmi Mittal sort de sa réserve et règle ses comptes avec l'affreux Montebourg (et quel meilleurs journal que Le Figaro pour cela ?) , après avoir sans doute bien ri du tour qu'il lui a joué avec la complicité plus ou moins volontaire des trouillards Hollande et Ayrault, qui se sont aplatis devant lui ! Tout ce qu'il pense de la nationalisation, c'est que c'est "un bond en arrière". 
Il a raison, le vrai progrès, c'est signer des accords avec les gouvernements et les renier alors même que l'encre n'est pas encore sèche ! Le vrai progrès, c'est mettre les travailleurs dehors comme des chiens, parce qu'en vérité, ce sont des objets, des jouets dans les mains de grands enfants. Le vrai progrès, c'est de mentir encore et encore ! D'abord par des accords anti-plans sociaux non-respectés. Ensuite en prétendant la non-viabilité, la non-rentabilité de sites industriels aussi performants que les meilleurs du groupe, tel que Florange ! Voilà le vrai progrès ! Merci Mr Mittal pour cette belle leçon ! Les travailleurs de Gandrange et de Florange en prennent bonne note ! 
"Mensonges !", répondra Mittal ? Le document récupéré par Edouard Martin de la CFDT Florange n'a reçu aucune validation ? Il a pourtant été réalisé, non ? Florange semble pourtant bel et bien être viable, mais ne plus faire partie des plans d'évolution du groupe Mittal, tout simplement. On rappelle le progrès selon Mittal : jeter les travailleurs, même performants, comme des encombrants lorsque l'on en a plus besoin. 
Hollande et Ayrault semblent d'ailleurs d'accord avec lui, qui ont jeté l'idée de la nationalisation du site de Florange, comme idée un chouilla trop rétrograde et, en tout cas, irréalisable. Ce n'est pourtant pas ce que prétend l'article ci-dessous, tiré du Canard Enchaîné du 12/12/2012.


Alors les travailleurs de Florange doivent-ils se rallier au progrès selon Mittal ? Ou s'obstineront-ils  à préférer l'obscurantiste solution de la nationalisation de leur site industriel ? Difficile à dire, le progrès selon Mittal semble si attirant...


Pas faux...



Voilà un Prix Nobel que l'Union Européenne ne risquerait pas d'avoir avant un bon moment, et n'aurait jamais mérité...
Certes, les guerres militaires dévastatrices ont déserté nos contrées. Ce qui serait à relativiser avec les guerres d'Ex-Yougoslavie ou, plus récemment, la guerre du Kosovo. "Mais ce n'est pas l'Union Européenne", nous répondrait-on. Ce qui change tout, bien entendu, même si l'Ex-Yougoslavie, comme la Suisse, est enserrée entre nombre de pays de l'UE. Mais ce n'est qu'un détail.
Certes, donc, les guerres militaires dévastatrices ne sont plus. Mais la guerre économique entre Etats ne s'est jamais arrêtée, malgré les successifs efforts de coopération, d'union des marchés, d'union monétaire, les égoïsmes des grands industriels et financiers nationaux ont toujours prévalu ! La guerre sociale, liée à la guerre économique, oppose ces grands industriels et financiers nationaux à leurs travailleurs. Dès la fin des années 40, par exemple, la France connut de grandes vagues de grèves. Puis vinrent les années 60 et 70, avec comme point d'orgue l'immense mouvement social de mai 68, parfois très violent ! L'Allemagne ou l'Italie ne furent pas non plus des modèles de paix sociale, notamment dans les années 70. Aujourd'hui, ce sont tous les Etats de l'UE qui sont touchés par la guerre sociale du fait des politiques d'austérité, dictées par les marchés financiers, le FMI, la BCE. Ce sont des millions de salariés jetés à la rue, sans aucun secours apporté par les Etats, pourtant censés les protéger de la rapacité de la finance, s'avérant eux-mêmes tout aussi rapaces ! 
Alors certes, ce genre de guerre fait bien moins de morts, cela ne fait aucun doute ! Mais que dire des millions de vies ruinées en Grèce, en Espagne, en Italie, au Portugal par ces politiques d'austérité meurtrières et inefficaces, si ce n'est à rendre les riches plus riches et les pauvres plus pauvres ?
On a accusé l'idéologie communiste d'avoir causé des millions de morts. Peut-être ! On peut en tout cas accuser avec toute certitude l'idéologie capitaliste comme la plus meurtrière de tous les temps comme cause de la mort de millions de travailleurs au travail - et encore aujourd'hui ! -, comme cause de deux guerres mondiales, comme cause de ruine pour les catégories populaires de tous temps.
Alors l'Union Européenne Prix Nobel de la paix ? Si peu ! Si peu ! 

mercredi 12 décembre 2012

Pauvres grands patrons !

Manifestation, du 9 octobre 2012, des méchants travailleurs de PSA qui refusent de compatir aux malheurs de leurs patrons...
Comme en écho aux dernières constatations alarmistes sur la montée de la misère en France, le dernier rapport du cabinet Proxinvest sur la rémunération des dirigeants du Cac 40 indique que celle-ci a baissé de 3 %. Malheur ! Même si, en incluant dans le calcul les indemnités de départ, les rémunérations ont en fait progressé de 4 % en moyenne, voilà qui reste très inquiétant ! La préoccupation des sans-abris nous ferait presque oublier la précarité de ces messieurs ! 
Rendons-nous compte : 4,2 millions d'euros de rémunération en 2012 ! Une misère ! Et certains ont déjà décidé de se prémunir  contre la menace de finir à la rue. Par exemple Christopher Viehbacher, dirigeant de Sanofi-Aventis, n'a gagné que 7,1 millions cette année. Heureusement, pour lui garder le même salaire et garantir en même temps de meilleurs dividendes aux actionnaires - autres grands précaires du Cac -, Sanofi-Aventis a déjà prévu depuis plusieurs mois des milliers de suppressions d'emplois... 
C'est qu'on n'est à l'abri de rien ! A l'exemple de Mittal, endetté à hauteur de 18 milliards et qui sera "obligé", la mort dans l'âme, de renier l'accord avec le gouvernement et de fermer Florange, comme il fut "obligé" de fermer Gandrange. Ou à l'exemple de PSA, surendetté, qui va "devoir" virer encore plus de travailleurs que les 8 000 prévus ! 
Et ces méchants travailleurs qui refusent de comprendre les malheurs de ces messieurs ! Qui refusent de croire que Hollande et Ayrault se démènent pour les protéger ! Si c'est pas scandaleux quand même ! Ceux d'ArcelorMittal qui occupent les hauts fourneaux de Florange ! Ceux de PSA qui ont manifesté bruyamment aujourd'hui leur colère ! Et que dire de l'affreux Montebourg qui se balade partout, tel la Faucheuse, brandissant ses menaces de nationalisation ?
Mais bon, pas d'inquiétude, Zorro Parisot est là ! Et heureusement, Hollande et Ayrault l'écoutent. Et écouter les travailleurs ? Bof ! A quoi bon ? Ils ne sont jamais contents et en demandent toujours trop...

L'info du jour !

Eh oui, aujourd'hui, nous sommes le 12/12/12 ! L'occasion de faire du grand reportage ! 
Rendons-nous compte de l'importance de ce jour ! Le tout dernier du siècle où le même chiffre pourra s'afficher en même temps sur les secondes, minutes, heures, jour, mois et année. Mince de mince, un bon plan de reportage qui ne se représentera plus avant le 01/01/2101 à 01h/01min/01sec. Tout un reportage pour dire que certains Français sont superstitieux et croient à un jour de chance ou de malchance, et que d'autres ne le sont pas du tout et s'en moquent, pour finir par une grande spécialiste qui raconte qu'on peut considérer ce jour comme un autre. Des choses dont on ne se serait à aucun moment douté... 
De son côté, ITélé et l'AFP ont dégoté une commune appelée La Douze, et y ont envoyé leurs journalistes faire un direct sur les cloches de l'église qui ont sonné aujourd'hui à 12h12 au lieu de 12h ! 
Pendant ce temps-là, la bande défilante du bas d'écran déroulait les informations secondaires : un plan social encore plus mahousse que prévu à PSA Aulnay, des dizaines de morts en plus en Syrie, un climat social on ne peut plus tendu en Egypte, etc... Mais tout ça on s'en fout puisqu'on est le 12/12/12 !
C'était la série "Les reportages inutiles des chaînes d'info" !



mardi 11 décembre 2012

Des pauvres moins pauvres ?

Tonton Jean-Marc a dévoilé aujourd'hui son "grand plan anti-pauvreté" ! Attention ça envoie du lourd ! Entre le gouvernement qui "n'acceptera jamais ni cynisme, ni stigmatisation", le redressement de "la courbe de progression du RSA socle" (c'est quoi ça ?), l'augmentation de "son niveau à 50 % du smic", son augmentation de 10 % à la fin du quinquennat, 500 000 personnes de plus couvertes par la CMU complémentaire...
Mais que c'est mignon tout ça ! Et à quelles conditions le plafond de la CMU complémentaire sera-t-il revu ? A la condition qu'il ne couvrira pas les achats de médicaments non-remboursés ? A la condition de payer une partie des consultations médicales quand même ? Quels seront les avantages, payés par la sécu évidemment, pour ces pauvres membres des professions de la médecine et de la chirurgie libérales qui manifestaient dernièrement, tellement pressurés - disent-ils - qu'ils finiront eux-mêmes sur la paille ? 
Quant au RSA - on aura remarqué qu'il fut mis en place par Sarko sous les hauts cris des socialos qui, une fois au pouvoir, refusent même l'idée de le remettre en cause -, il sera augmenté de 10 % d'ici la fin du quinquennat ! Wow révolution là ! Attention papa François et tonton Jean-Marc, vous allez trop loin ! Vous allez encore vous mettre la Laulau Parisot sur le dos ! Et, au fait, à quelles conditions aussi toutes ces belles promesses ? Si tant est qu'elles seront appliquées...
Et puis au fait pour 10 malheureux pour cents d'augmentation du RSA, quel taux pour l'inflation d'ici 2017 ? Même le pouvoir d'achat d'un salaire normal ne peut pas suivre l'inflation... En core un petit coup de pouce de 20 euros peut-être ? Non ? 
Quant au gouvernement qui n'acceptera jamais ni cynisme, ni stigmatisation, Tonton Jean-Marc se souvient-il qu'il compte dans ses rangs un certain Manuel Valse (à droite) qui pratique exactement le même cynisme et la même stigmatisation que Sarko... envers les Roms par exemple ? 

"Merci Dieu" qu'elle dit !

Epilogue de l'affaire DSK/Nafissatou Diallo, dont nous n'aurons pas le fin mot de l'histoire, par un accord dont les termes resteront secrets, et pour une somme qui demeurera tout aussi inconnue. Donc 19 mois à occuper régulièrement les JT et chaînes info - parfois en permanence - pour que dalle. Si ce n'est que Mme Diallo, une fois sortie du tribunal avec son chèque à six zéros sous le bras, se croyait à la remise des oscars : et vas-y que je remercie ma famille, mes amis, tous ceux qui m'ont soutenue. Et, le mieux, "je remercie Dieu". Il a été son tortionnaire, mais elle trouve encore le moyen d'assimiler DSK à Dieu, si c'est pas énorme ça !

lundi 10 décembre 2012

Mimétisme politique

On y est. C'est maintenant le tour des socialos au pouvoir de trouver les excuses les plus bidons possible pour expliquer les cuisantes défaites des candidats PS aux trois législatives partielles d'hier. 
Tout y passe : "c'étaient des bastions de la droite" ; "abstention de crise" ; "besoin de pédagogie sur les mesures que nous prenons" ; "les électeurs socialistes attendent des résultats"... Et en prime une bonne vieille attaque frontale envers les deux acteurs phares de "L'élection du roitelet" (UMP Productions). Qui l'ont bien méritée soit dit en passant.
Lors de leurs multiples défaites successives sous la présidence de Roquet Ier, les responsables UMP utilisaient les mêmes excuses. Avec certains termes différents, convenons-en... Et ça a donné quoi comme résultat ? L'arrivée au pouvoir du parti du "changement maintenant". 
Le changement maintenant ? Pas dans l'explication des défaites électorales en tout cas, on attend mieux lors des municipales. Un an et demi, ça laisse le temps de travailler les formulations...

Scoop ! Les Mayas n'annoncent pas la fin du monde

Bonne nouvelle pour ceux qui avaient peur d'y passer en fin de semaine prochaine... 
Merci du renseignement en tout cas. Voilà qui nous laisse encore un peu de temps pour détruire tranquillement notre planète par nous-mêmes, n'est-ce pas ô chers grands dirigeants qui vous êtes mis d'accord à Doha... pour n'être d'accord sur rien !

A la Une


On l'aura compris, peu de commentaires à faire sur ces unes de journaux locaux bourguignons... Pour ceux qui n'étaient pas encore au courant, il faudra être aveugle, ou très malin, pour passer à travers cette info : la nouvelle Miss Potiche - pardon, Miss France ! - est bourguignonne ! Et tant pis pour ceux que cela n'intéressait pas ! Chauvins les journaux bourguignons ? Allons Allons ! 
Le Téléthon par contre, cause peut-être un chouilla plus importante, n'occupe que deux petits encarts sur les 4 unes... On s'en fout, la nouvelle Miss Potiche - pardon Miss France, décidément, quelle langue fourchue ! - est bourguignonne !
Même le tram dijonnais, dont on inaugurait la seconde ligne ce 8 décembre, est à peine visible sur la une du Bien Public, c'est dire... Ce dernier a même laissé les faits divers de côté. On s'en fout, la nouvelle Miss Potiche - pardon Miss France, on n'y arrivera pas - est bourguignonne. 
Seul le Journal de Saône-et-Loire a mis la nouvelle Miss Pot... euh France, au second plan pour un fait divers.
Pour ce qui est cependant d'avoir une petite idée de ce qui se passe en Bourgogne, ben... On s'en fout, la nouvelle Miss Potiche est bourguignonne ! 







L'info du jour !

LA grande info de cette journée ! L'affaire DSK/Nafissatou Diallo pourrait trouver son épilogue aujourd'hui à New York, grâce à un accord au civil qui devrait être passé entre les avocats de DSK et ceux de Mme Diallo. 
Une info tellement importante que bfmtv a décidé d'y consacrer une "Edition spéciale" ce soir, rien que ça ! Et pourquoi ? Pour un accord dont les termes ne seront pas connus, un gros chèque dont le montant ne sera pas révélé, et une affaire dont on n'aura jamais le fin mot... Une procédure au civil telle que celle-là, très fréquente aux States, permet effectivement à l'accusé de garder pour lui sa version de ce qui s'est passé. Voilà qui vaut carrément le coup d'y consacrer une "Edition spéciale" ! 
Enfin, retenons-en tout de même, bien que tout le monde en soit conscient, que c'est beau la justice aux States ! DSK file un gros chèque et hop hop hop on n'en parle plus ! DSK ou "selon que vous serez puissant ou misérable..." Quant à Mme Diallo, voilà une agression sexuelle qui se termine en conte de fée à - au moins - six zéros pointés. En voilà une qui n'est pas près de redevenir femme de chambre ! Ce qu'il ne faut pas faire tout de même pour quitter un boulot qu'on n'aime pas !


samedi 8 décembre 2012

Les aventures de Valse (à droite) en Corse

Aaaaah ben voilà ! heureusement qu'il y en a au moins un qui tient la route dans ce beau gouvernement ! Il ne transige pas d'un iota dans sa détermination à pourchasser les terroristes et autres assassins en Corse ! Il jure qu'il les harcèlera éternellement ! Pauvres nationalistes qui ne peuvent même plus fêter l'Immaculée Conception tranquillement avec de beaux feux d'artifices. 
Mais ce que Manuel Valse (à droite) ne dit pas, c'est qu'il les remercie bien vivement de s'amuser aussi souvent avec les explosifs ou leurs pétoires. Il peut ainsi tranquillement continuer à promettre qu'on les retrouvera et qu'ils seront punis. Il peut continuer à occuper le devant de la scène. Pauvre Claude Guéant, qui doit se dire qu'il n'a pas été ministre de l'Intérieur au bon moment...
Et dire, d'un autre côte, que Valse (à droite) lui reprochait son inefficacité...

L'info du jour

Un canular morbide ?

William and Kate, au centre d'un engouement aux conséquences dévastatrices ?

La grande info du jour, ou plutôt celle qui occupe un pan de l'antenne lors des journaux télévisés de ce samedi - avec la neige bien évidemment -, est cette incredible nouvelle ! L'infirmière qui a reçu Kate lors de son admission suite à des nausées, pour cause de polichinelle dans le tiroir, s'est suicidée ! Ce serait suite à un canular téléphonique réalisé par des animateurs radio, qui se sont fait passer pour la Queen et ont demandé de quoi il retournait au sujet de Kate. La malheureuse, prise au piège, a parlé et trahi le secret ! Et là, c'et le drame ! 
Si cette infirmière s'est bel et bien suicidée suite à ce canular - ce n'est pas prouvé -, où mène l'hystérie collective tout de même ! Tout ça parce qu'une femme comme les autres est enceinte ! Eh non, ce n'est pas une déesse, mais ne surtout pas le dire aux Anglais, on aurait droit aux plus immense suicide collectif jamais enregistré depuis la nuit des temps ! 
Enfin, bref, une info de tout premier ordre qui va encore occuper les journaux télévisés quelques temps, vu l'importance que cela prend au pays de l'hystérie royaliste...
Sinon, quelles nouvelles de la Syrie, de l'Egypte, de la Tunisie, des Philippines, de l'occupation des hauts fourneaux de Florange, de l'inefficace sommet de l'Onu sur le climat ? 
Bof ! Kate va avoir un bébé, son infirmière s'est suicidée et il neige chez nous, donc on s'en fout...

A la Une

Des Unes très diverses pour nos grands quotidiens nationaux : évènements internationaux, sociaux, sociétaux... Sélection.

Une du Parisien (08/12/2012). Le Parisien revient sur le très fructueux et efficace sommet sur le climat de l'Onu à Doha (Qatar). Cependant, au lieu de dire "Le monde se moque de la planète", ne devrait-on pas plutôt dire "Les grands de ce monde se moquent de la planète" ? Qui est chargé des "négociations" lors de ces réunions entre amis ? Qui fait sa loi en mettant des bâtons dans les roues de ceux qui voudraient réellement changer les choses ? Qui tourne le dos à des mesures qui pourraient être efficaces, si ce ne sont les dirigeants des pays les plus riches et puissants du monde, ou les lobbyistes qui représentent les intérêts économiques nationaux et privés de ces pays si riches et civilisés ? Des ouragans et typhons de plus en plus puissants et étendus ? Bof ! les pays touchés ont l'habitude, ça ne les changera pas... Des températures de plus en plus élevées, notamment au Moyen-Orient ? Bof ! Ils ont l'habitude, ils s'y feront... Même nos si puissants pays font partie de cette terre et pourraient n'être pas épargnés par le réchauffement climatique ? Bof ! On se donne rendez-vous l'année prochaine et on en reparle ? 
mais avec cela n'oublions pas évidemment l'un des évènements nationaux les plus importants de l'année : l'élection de Miss France ! Et la plus jolie potiche française sera....


Une du Figaro (08/12/2012)
Le Figaro se réjouit encore une fois ! De voir que la rue égyptienne continue à défier l'aimable et très démocrate Morsi ? Non ! Surtout pas ! Cela aurait plutôt tendance à faire peur au sein de la rédaction. Mais il faut tout de même en parler car ce qui se passe au Caire et d'autres grandes villes égyptiennes est loin de passer inaperçu... 
il se réjouit que l'optimisme soit de mise sur le marché de l'art ? Non, trop banal en ces temps de crise où l'on sait depuis longtemps que l'art et le luxe se portent de mieux en mieux. Mais ça fait toujours du bien de le signaler...
Non, Le Figaro se réjouit de la perspective d'une grande et belle manif prévue le 13 janvier contre le mariage gay. On prévoit (ou peut-être que Le Figaro l'espère...) un rassemblement tel que celui qui avait fait reculer Mitterrand en 1984 sur l'école privée. Ouiii réjouissons-nous de pouvoir montrer à la face du monde qu'une bonne partie de la population française est encore bien réac, bien traditionaliste et moutonne. Surtout qu'une bonne partie de la population française en est encore à considérer les homos comme suffisamment anormaux pour se croire autorisée à interférer dans leur vie de couple ! C'est beau le progrès, non ?


Une du Monde (08-09/12/2012)
Au  Monde, on revient sur le scandale Florange pour déplorer les failles mises en évidence chez nos gouvernants, entre un président effacé, un ministre du Redressement productif qui fait des promesses que son premier ministre l'empêche de tenir, parce qu'il devrait tourner 7 fois sa langue dans sa bouche avant de parler. Et pour couronner le tout, Mittal qui n'attend même pas que l'encre de sa signature sur l'accord avec le gouvernement soit sèche pour en renier déjà une partie en abandonnant le projet Ulcos. Papa François et tonton Jean-Marc ont baissé leur culotte, Nono Montebourg a été obligé de baisser la sienne, et Mittal a pu prendre un malin plaisir à leur botter les fesses l'un après l'autre devant tout le monde. Ensuite, ils se sont redressés, ont dit "Merci Monsieur Mittal" et sont retournés à leurs affaires tranquillement. 
Enfin, consolons-nous en allant nous changer les idées à Lyon pour la fête des lumières ! Et surtout n'oublions pas d'éteindre les lumières en partant, sinon on va encore se faire engueuler parce qu'on ne fait pas assez d'économies d'énergie...
Enfin, heureusement que Le monde est là pour parler un peu de ce qui se passe en Tunisie ! Une grève générale est prévue. Eh oui, si on regarde la télé, on ne va voir que ce qui se passe en Egypte, mais comme il y a deux ans, Egypte et Tunisie sont couplées : ça chauffe aussi en Tunisie et, de la même façon, contre le pouvoir islamiste d'Ennahda. Mais pourquoi on n'en parle pas ? Peur d'effrayer le touriste ? 

vendredi 7 décembre 2012

Quoi de neuf à l'Est ?

Et pour continuer dans la série sympathique de "Tout va bien dans le meilleur des mondes", voici un épisode de "la menace rouge" ! Il a pris l'envie aux camarades nord-coréens de balancer un missile pour rigoler un peu et ça a fait peur aux Japonais ! La Corée du Nord agressera-t-elle le Japon ? Est-ce de l'intox comme à chaque fois que la Corée du Sud se "sent menacée" parce qu'un gardien nord-coréen de la frontière a bougé un petit doigt, ou qu'un bateau nord-coréen a fait un virage de traviole ?
Le dirigeant de l'un des pays les plus pauvres du monde serait-il assez stupide pour s'attaquer à ses voisins, tous plus puissants les uns que les autres ?
Autre hypothèse : il est fait état d'élections prochaines au Japon. Alors serait-il possible que soit brandie la menace d'une agression pour montrer à toute la population qu'elle peut réélire ses dirigeants, vu leur rapidité à réagir "pour assurer la sécurité de tous les Japonais" ?
Non, bien sûr ça ne se fait pas ! Même Netanyahou, premier ministre israélien, n'y a pas pens... Ah mais si en fait !
Alors ? Réelle menace ou opportunité pour une petite manoeuvre électorale ? Nord-Coréens tarés ou dirigeants japonais vicelards ?

Et pendant ce temps là, en Syrie...

Eh bien pendant ce temps là, les Syriens ont de la chance, ils n'ont pas de neige ! Ils sont dehors, il fait beau, chaud. 
Ah, par contre, petit inconvénient que nous n'avons pas, nous pauvres enneigés : des averses quotidiennes de balles parce qu'ils osent manifester contre le petit ange qui leur sert de dirigeant politique. Il paraît que ce monsieur n'apprécie que très modérément les rassemblements...
Mais bon, comme il neige chez nous, ce n'est plus la peine d'en parler...

L'info du jour !

L'info que toutes les chaînes de télévision, du service public, en passant par TF1, les JT des chaînes de la TNT et, bien évidemment, les chaînes d'"info en continu, se sont passées en boucle toute la journée : il neige ! Mais, pas de pot, il y a eu très peu de perturbations sur les axes routiers : la faute à des températures moins basses que prévu et à une bonne organisation - la police et la gendarmerie veillaient... Mince de mince, c'est pas aujourd'hui que toutes ces chaînes ont pu disserter pendant des heures sur le manque d'organisation des autorités face aux intempéries, ni faire ces traditionnels reportages poignants mettant en scène les automobilistes coïncés des heures durant dans leur voiture... Tout cela aurait bien occupé l'antenne. Il y a tellement peu de choses à dire en ce moment... 
Et pendant ce temps là, en Syrie...

Philippins, soyez rassurés !

Philippins, soyez rassurés ! A Doha, au sommet sur le climat de l'ONU, les grands de ce monde pensent à vous et luttent contre le réchauffement climatique responsable de la puissance croissante des typhons qui vous assaillent. Mais ne soyez pas trop pressés tout de même hein ! C'est que ça prend du temps de "négocier" chacun pour ses intérêts...

Climat : ne vous pressez surtout pas, on a le temps !


Le sommet de l'Onu sur le climat, qui se tient depuis deux semaines à Doha, va finalement aboutir sur... rien ! Deux semaines de "négociations" pour que dalle ! Déjà fin 2011, à Durban, il avait été décidé... d'attendre un an pour rediscuter du protocole de Kyoto et de l'assistance financière à accorder aux pays émergents, après des semaines de "négociations". Pour ne pas avancer d'un iota en 2012 ! Pire, on a reculé : le Japon, la Russie et le Canada ont décidé de faire comme les States et de tourner le dos au protocole de Kyoto ; du fait de la crise, les pays développés refusent "pour l'instant" de s'accorder sur l'aide aux pays émergent. 
C'est pas fantastique ça ? Alors que les Philippines sortent meurtries du passage de l'ouragan Bopha, et déplorent des centaines de morts. Que,du fait du réchauffement climatique, on annonce que ce genre d'événement sera toujours plus puissant et étendu, tel Sandy dont la côte Est de ces mêmes States peine à panser les blessures !
Alors que, d'ici 2050, les températures dans les pays d'Afrique du Nord et du Moyen Orient devraient grimper de 3 à 6° ! Que leurs besoins en eau - croissance démographique oblige - croîtront de 60 % en 30 ans !
Quelle stratégie efficace que de réunir des semaines durant des négociateurs de tous les pays pour aboutir à des "non", des "peut-être", ou des "on verra plus tard" ! C'est vrai qu'il n'y a rien d'urgent et que cela peut attendre... En même temps, il faut les comprendre : on leur offre une fois l'an deux semaines de bouffe, picole et fiesta à l'oeil. Ils auraient tort de ne pas prendre leur temps, de ne pas se donner rendez-vous l'année suivante.
Mais les dirigeants de tous ces grands pays qui font tout capoter, tous les lobbyistes aux intérêts bien entendus qui se baladent dans les coulisses de ces sommets ont-ils consciences qu'ils finiront eux aussi par être emportés ? 
Bof ! "Non", "peut-être", "on verra plus tard"...



Et il ne s'agit ici que d'un bilan provisoire qui a doublé depuis la publication de ce reportage...

jeudi 6 décembre 2012

L'info du jour !

Que tout le monde se rassure, Kate va bien ! C'est l'info déterminante de la journée ! Kate s'est remise de ses petites nausées matinales... Mais, pas d'inquiétude, si vous aussi vous vibrez à en friser l'hystérie comme "tous" les Anglais, vous serez tenus informés heure par heure de l'évolution du poids de Kate, de ses nausées, si le little monster donne des coups de pied, etc... 
Ou pas ! Faut pas abuser quand même ! Y a d'autres infos plus importantes ! L'Egypte, la Syrie, la République démocratique du Congo, Florange, l'ouragan aux Philippines... 
Mais non, plaisanterie que tout cela ! La vraie info, c'est le retour de la Star Ac' voyons !


Un air de déjà vu...

L'armée comme éternel recours pour protéger ces chers dirigeants égyptiens. Comment va-t-elle réagir cette fois ? Va-t-elle maintenir l'ordre et se montrer bienveillante envers l'opposition démocrate comme en 2011, ou, cette fois les contenir et les réprimer ? Quel est son intérêt ? 
Rappelons que l'ami Morsi n'a pas été très tendre avec l'armée depuis son accession à la présidence. D'un autre côté, la population a fort peu apprécié de son côté la période de quasi pleins pouvoirs du Conseil suprême des forces armées après la Révolution. 
Est-ce que tout cela dépend d'elle encore une fois ?


La Révolution comme si on y était, épisode 5


Chute d’un symbole de l’absolutisme royal

La forteresse de la Bastille est tombée aux mains de la foule parisienne partie à la recherche d’armes et de poudre, le 14 juillet au troisième jour de l’émeute qui secoue Paris. Cette émeute a débuté à la double annonce du renvoi de necker – qui n’aura donc finalement pas gardé sa place auprès du Roi et de l’Assemblée Nationale très longtemps – et du rassemblement de troupes autour de Paris, ordonné par le Roi.
Que dire de cet événement ? Si au départ il ne s’agissait que de s’emparer des armes que contenait la forteresse, sa prise est très rapidement devenue un tournant considérable dans l’esprit de ceux qui y ont assisté, ou qui y ont participé. En témoignent les foules accourues pour assister au spectacle de sa démolition, mais aussi pour y participer. En témoigne aussi le triomphe fait aux meneurs des émeutiers. Clairement, la prise de la Bastille a eu un retentissement extraordinaire, à tel point que certains en parlent déjà comme le marqueur de la fin du vieux monde et de la naissance d’une société nouvelle. Une révolution ? C’est à voir… Le signe d’une rupture ? Sûrement.
Depuis plusieurs semaines déjà, l’autorité royale a été battue en brèche par les députés  du Tiers-Etat à nombre de reprises, et ses réponses n’ont été qu’une accumulation de maladresses. Voyant que le pouvoir royal ne ferait rien pour accéder à leurs demandes, les députés du Tiers Etat ont bien vite compris qu’ils n’allaient pouvoir compter que sur eux-mêmes pour mettre en œuvre les très importantes réformes dont le royaume a besoin, en bravant l’autorité royale s’il le faut. C’est ce qu’ils ont fait une première fois en se réunissant au Jeu de Paume et en prêtant serment de ne point se séparer avant d’avoir donné une constitution au royaume. C’est ce qu’ils ont fait une deuxième fois en se proclamant Assemblée Nationale le 20 juin. C’est ce qu’ils ont fait une troisième fois le 23 juin en refusant de quitter la salle des séances des Etats Généraux pour délibérer séparément des deux autres ordres. Ils ont persisté et signé le 9 juillet en se proclamant officiellement Assemblée Nationale constituante. Légitimement puisque dès le 27 juin, la majorité des députés des ordres privilégiés ont fini par rallier le Tiers-Etat et accepter de délibérer en sa compagnie. Voilà comment les députés du Tiers-Etat, devenus Assemblée Nationale – totalement nationale depuis le ralliement des privilégiés – ont progressivement acquis leur légitimité politique en quelques semaines à peine. Une légitimité attestée par le soutien des rassemblements quotidiens et de plus en plus massifs au Palais Royal à Paris, d’où est partie l’émeute débutée le 12 juillet.
De son côté, si le Roi n’a pas perdu tout son crédit, il n’en est pas de même pour l’absolutisme de sa fonction, largement affaibli depuis déjà quelques années. Cet absolutisme, s’il s’est effondré, ne le doit pas tant à la chute de la Bastille qu’au travail de sape commencé par les parlements depuis des années, les assemblées de notables de 1787 et 1788, et terminé par l’intransigeance des députés du Tiers, relayée par l’agitation politique à Paris. La timidité du Roi, les divisions et l’indécision de son conseil ont paralysé le pouvoir royal qui n’a choisi comme option que le refus de voir l’évolution politique en face, et donc le recours à la force armée pour mater cette fronde d’un genre nouveau. Le pouvoir royal a choisi de ne pas écouter cette assemblée qui s’est proclamée nationale et constituante sans son autorisation, à tel point que Necker en a fait les frais au profit d’un homme que le progrès rebute au plus haut point : le baron de Breteuil. Le pouvoir royal a refusé d’entendre les appels à la prudence au sujet du rassemblement de troupes autour de paris, en cas de troubles frumentaires, se défend-il. Mais comment, dans ce contexte, empêcher toute une population acquise aux changements initiés par le Tiers-Etat de penser qu’on va s’en prendre à elle et à ses députés ? Le pouvoir royal a enterré son crédit et son autorité lui-même, avec l’aide des députés du Tiers-Etat.
La prise de la Bastille par le peuple parisien a fini par faire la différence et mettre l’Assemblée Nationale en position de force face au pouvoir royal. Une révolution ? A voir…